La boîte à idées - Le blog de Jean Chambard

La boîte à idées - Le blog de Jean Chambard

Ciné Cinéma


Premier Contact

 

Premier contact : un film de science-fiction qui s'inspire non pas des envahisseurs d'Independance Day comme on pourrait le croire au premier abord, mais plutôt du mythique "Rencontres du troisième type", de Spielberg (une forme d'intelligence extraterrestre tente d'établir un contact avec les Terriens), mêlé à l'univers visuel de "2001 : l'Odyssée de l'espace", de Stanley Kubrick. Et comme les thèmes abordés dans ce film sont vastes, il s'adresse à la fois aux amateurs de science-fiction comme aux spectateurs moins sensibles à ce genre.

 

Lorsque de mystérieux vaisseaux venus du fond de l’espace surgissent un peu partout sur Terre, une équipe d’experts est rassemblée sous la direction de la linguiste Louise Banks afin de tenter de comprendre leurs intentions. Face à l’énigme que constituent leur présence et leurs messages mystérieux, les réactions dans le monde sont extrêmes et l’humanité se retrouve bientôt au bord d’une guerre absolue (les Chinois et les Russes font front commun contre ce qu'ils estiment être une déclaration de guerre). Louise Banks et son équipe n’ont que très peu de temps pour trouver des réponses. Pour les obtenir, la jeune femme va prendre un risque qui pourrait non seulement lui coûter la vie, mais détruire le genre humain.

 

Ce qui m'interpelle le plus en fait dans ce (très beau) film, c'est son affiche. Elle me rappelle terriblement une vraie photo, celle d'Anna Lee Fisher, prise en 1984 juste avant le lancement de la navette Discovery. Anna Fisher a été la première Maman dans l'espace (à défaut d'être la première femme).

 

 

 

 

 

 

 


07/12/2016
0 Poster un commentaire

La nuit de Guy Fawkes

 

Vous connaissez probablement tous "V pour Vendetta", le célèbre film de James McTeigue, adapté par Andy et Larry Wachowski de la série éponyme de bande dessinée réalisée de 1982 à 1990 par Alan Moore et David Lloyd. L'action se situe dans un Londres futuriste. On y suit les péripéties d'un combattant de la liberté se faisant appeler « V » menant une violente vendetta personnelle contre le gouvernement fasciste en place. En faisant sauter le Palais de Westminster. La distribution se compose de l'acteur australien Hugo Weaving dans le rôle de V, de l'actrice américaine Natalie Portman dans le rôle d'Evey Hammond et des acteurs britanniques John Hurt, Stephen Rea et Stephen Fry.

 

Le héros du film, V, porte un masque très particulier, destiné à protéger son anonymat mais aussi à cacher son visage atrocement mutilé lors de son emprisonnement. Si l'on ne connaît pas en détail les abominatons qu'il a subies, on sait cependant qu'il a fait l'objet d'expériences médicales particulièrement horribles durant son internement en camp de concentration. Ce masque s'inspire du visage de Guy Fawkes, célèbre en Angleterre pour avoir participé à la Conspiration des poudres. Le masque a d'abord été sculpté en argile, puis réalisé en fibre de verre et peint à l'aérosol afin d'obtenir cette texture proche de la poupée de porcelaine. James McTeigue voulait que V ressemble à "un mélange entre Guy Fawkes et un tueur de l'Ouest", il a donc conçu un masque ressemblant à celui du célèbre comploteur britannique et d'Arlequin.

 

Mais qui est ce Guy Fawkes et qu'est-ce que cette conspiration des poudres ? Petit rappel d'histoire.


Petit cours d'histoire

En 1605, la Couronne anglaise a pris depuis quelques décennies déjà ses distances avec l’Eglise romaine, non sans se fâcher avec une bonne partie de sa population restée fidèle au culte catholique. Le règne d’Elisabeth Tudor I n’a rien arrangé : brimades, procès, exils, torture, tout était bon pour marginaliser le catholicisme en son royaume. A sa mort en 1603, c'est Jacques Stuart I qui monte sur le trône, après une brève lutte de succession. Il est beaucoup plus tolérant qu'Elisabeth car il préfère en effet l’exil systématique des catholiques jugés trop turbulents à leur exécution pure et simple.

 

Pour les catholiques anglais exilés dans toute l’Europe, la restauration d’une monarchie catholique s'annonce compliquée. Contrairement à ses prédécesseurs, le roi a des enfants. Difficile de reprendre le trône en contestant la succession. Quant à envahir l'Angleterre comme le fit Guillaume le conquérant, on n'y pense plus depuis l'échec de 1958 de l'invincible armada espagnole, flotte affrétée par le très-catholique Philippe II d’Espagne, et destinée initialement à mettre Mary Stuart sur le trône d'Angleterre puis tout bonnement à conquérir l'Angleterre protestante d’Élisabeth 1re. Reste le pari d’une déstabilisation du pouvoir par l’assassinat du souverain.

 

Célébration de la Bonfire Night à Lewes, Angleterre - Participants à une marche avec des croix en feu

 

Des complots destinés à faire la peau au roi Jacques, il y en avait déjà eu quelques-uns en 1605 mais tous avaient échoué. Celui plus connu sous la Conspiration des Poudres dénote par son ambition. Le groupe de conjurés, mené par un certain Robert Catesby, projetait ni plus ni moins que de pulvériser le roi, sa famille et la plupart des membres de la haute aristocratie d'un coup d’un seul, en faisant exploser le bâtiment de la Chambre des Lords, au cœur du palais de Westminster, à l’occasion de la session d'ouverture du Parlement.

 

Les membres de la "Lewes Bonfire Society" paradent à travers la ville de Lewes

 

Guy Fawkes, catholique exilé et ancien soldat spécialisé dans les explosifs (genre Sylvester Stallone dans l'Expert), fait parti des conjurés. Lui et ses complices louent une cave située juste en dessous de la Chambre des Lords et commencent à y entreposer de nombreux barils de poudre. L’attentat est prévu pour le 5 novembre 1605. Mais les conjurés furent trahis par leur grand cœur  : afin d’éviter la mort aux rares catholiques qui figuraient encore dans la liste des parlementaires, les conspirateurs leur envoyèrent une missive pour les prévenir d’un malheur imminent. Arriva ce qui devait arriver : l’un des Lords catholiques en question contacta les services du roi. Guy Fawkes fut arrêté in extremis, au matin du 5 novembre, alors qu'il s'apprêtait à mettre le feu à 36 barils de poudre.

 

Soumis à la question (un doux euphémisme pour parler de la torture), Guy Fawkes donna évidemment ses complices et fut comme eux condamné à être « hanged, drawn and quartered » (pendu, traîné et écartelé en français;). Il faut préciser que le supplice du pal n'était pas encore connu à la cour d'Angleterre, sinon, il y aurait aussi eu droit. Le jour de son exécution, le 31 janvier 1506, Guy parvient néanmoins à échapper brièvement à ses gardes, le temps de sauter la tête la première de l’échafaud et de se péter net les cervicales. Ce qui était, tout compte fait, nettement préférable au programme initial.

 

Guy Fawkes' Night

Depuis, cette date est fêtée en Angleterre sous le nom de Guy Fawkes' Night (ou Bonfire night, comme on l'appelle aussi) : des feux d'artifice, des parades sont organisés et les enfants transportent des effigies en papier mâchés (qu'on brulera ensuite) de Guy Fawkes en demandant "a penny for the Guy" afin de conjurer le malheur.

 

Les feux d'artifice et les feux (tout court) de la Bonfire Night dans le ciel de Slingsbydans le nord est de l'Angleterre

 

Le symbole de la liberté...

Le masque de Guy Fawkes, créé par David Lloyd, le dessinateur de la BD, pour incarner son héros V, élégant, étrange et mortel gentleman, a vu sa popularité démultipliée par le succès du film  "V pour vendetta". Ce masque sera ensuite repris en 2008 par les Anonymous,  mouvement qui s'est formé pour protester contre l'Eglise de Scientologie en piratant des sites de l'organisation et qui préservait l'identité de ses membres en arborant ce masque lors de manifestations publiques. Ce collectif, considéré aujourd'hui comme un mot fourre-tout, désigne désormais des communautés d'internautes plus ou moins éparses, agissant de manière anonyme dans un but particulier, dont la défense de la liberté d'expression. Anarchistes et activistes se sont ainsi emparés à leur tour du masque de Guy Fawkes.  Il est devenu aujourd'hui un symbole de la lutte contre les excès du pouvoir ou de l’importance de préserver les libertés individuelles contre les tentatives des états de tout contrôler.

 

...ou une ironie de l'histoire.

Dans le prologue du film "V pour Vendetta", Evey (Natalie Portman) déclare "Souviens-toi, souviens-toi de ce 5 novembre, de ces Poudres et de sa Conspiration" . Et depuis, ceux qui se regroupent derrière le masque de Guy Fawkes citent donc souvent ce début du poème


    Remember, remember, the fifth of November,
    Gunpowder Treason and Plot,
    I see no reason why the gunpowder treason
    should ever be forgot.

 

 

Mais ceux qui utilisent le 5 novembre comme date symbolique pour célébrer la défense des libertés oublient que ce jour célèbre plutôt l'arrestation de Guy Fawkes, pas son succès. Une confusion entre le film et l'Histoire sans doute...

 

Manifestations à Londres le 5 Novembre 2013 contre le prix de l'énergie et les coupes budgétaires

 

 

Ils oublient juste en effet la fin un tantinet funèbre du poème :


    Guy Fawkes, Guy Fawkes,'t'was his intent
    To blow up the King and the Parliament.
    Three score barrels of powder below,
    Poor old England to overthrow:
    By God's providence he was catch'd
    With a dark lantern and burning match.
    Holloa boys, holloa boys, make the bells ring.
    Holloa boys, holloa boys, God save the King!

 


06/11/2016
0 Poster un commentaire

The hateful Eight : le 8eme film de Quentin Tarantino

The Hateful Eight

Après Reservoir Dogs (1992), Pulp Fiction (1994), Jackie Brown (1997), Kill Bill 1 (2003) & 2 (2004), Boulevard de la mort (2007 - un bide total, c'est normal si cela ne vous dit rien), Inglourious Basterds (2009) et Django Unchained (2012), Quentin Tarantino nous gratifie d'un nouveau Western (ce n'est pas la suite de Django pour autant).

 

Sortie annoncée pour décembre 2015...

 


13/08/2015
0 Poster un commentaire

Vice-Versa

Vice-Versa

Date de sortie  : (France)
Réalisateurs  :  Pete Docter, Ronnie del Carmen
Scénaristes : Pete Docter, Meg LeFauve et Josh Cooley
Producteurs  : Jonas Rivera, Mark Nielsen et John Lasseter
Compositeur : Michael Giacchino
Titre Original : Inside Out
Durée : 1h34min
Genre  : Animation , Comédie , Famille
Nationalité  : Américain

 

Résumé (Allo Ciné)

Au Quartier Général, le centre de contrôle situé dans la tête de la petite Riley, 11 ans, cinq Émotions sont au travail. À leur tête, Joie, débordante d’optimisme et de bonne humeur, veille à ce que Riley soit heureuse. Peur se charge de la sécurité,  Colère s’assure que la justice règne, et Dégoût empêche Riley de se faire empoisonner la vie – au sens propre comme au figuré. Quant à Tristesse, elle n’est pas très sûre de son rôle. Les autres non plus, d’ailleurs… Lorsque la famille de Riley emménage dans une grande ville, avec tout ce que cela peut avoir d’effrayant, les Émotions ont fort à faire pour guider la jeune fille durant cette difficile transition. Mais quand Joie et Tristesse se perdent accidentellement dans les recoins les plus éloignés de l’esprit de Riley, emportant avec elles certains souvenirs essentiels, Peur, Colère et Dégoût sont bien obligés de prendre le relais. Joie et Tristesse vont devoir s’aventurer dans des endroits très inhabituels comme la Mémoire à long terme, le Pays de l’Imagination, la Pensée Abstraite, ou la Production des Rêves, pour tenter de retrouver le chemin du Quartier Général afin que Riley puisse passer ce cap et avancer dans la vie…

Back to the past

Certains ont vu dans Vice-Versa une analogie avec une dessinée britannique créée en 1962, intitulée The Numskulls.

C'est le hollywood Reporter qui le rapporte dans son article.

 

Et c'est pas fini

En 2007, François Pérusse sort "Le cerveau". C'est étrangement ressemblant.

Attendez, c'est pas fini

En 2009, AGF était racheté par Allianz et quand on change de marque, forcément on communique; La campagne résultante, c'était "dans la tête de" avec Charlotte Rampling dans le rôle de la raison.

 

 

Ça donnait dans la tête de...changement de nom

 

 

Allainz a fait la version santé...

 

Et la version retraite

 

En 2010, Allianz continuait...

 

Dans la tête de macrobio

 

 

Vice-Versa

En 2015, Pixar sort Vice-Versa, dans la tête d'une ado

 

A vous de juger...

En tout cas, le thème du passage de l'enfance insouciante à l'adolescence est bien vu et assez émouvant. Mais on aurait aimé plus de délire, comme dans le générique de fin, vraiment très drôle...


11/08/2015
0 Poster un commentaire

Ces blogs de Loisirs créatifs pourraient vous intéresser